Sortie de printemps : la ZAC Rive Gauche

SORTIE DE PRINTEMPS : LA ZAC RIVE GAUCHE

PROMENADE EN COMPAGNIE DE BERNARD ROTH

 Sans titre

th-6th-3th-4

Dans le journal « les Échos » du 9 juin dernier un article a attiré mon attention, il s’intitulait : « Comment Paris sort de son sommeil architectural ».

En effet, l’avant-veille, le 7 juin, nous nous étions retrouvés à la maison des projets de la ZAC Rive Gauche pour parcourir avec notre guide Bernard Roth ce quartier dont l’architecture témoigne du renouveau de Paris « ville monde ».

Bernard Roth (1) et M. Héraud (SEMAPA) (2) ont d’abord commenté la maquette du quartier telle qu’elle est exposée dans la maison des projets. Cette maquette est vivante car elle représente l’évolution de la ZAC depuis 1995, date de la finition de la Bibliothèque Nationale de France François Mitterrand (BNF), jusqu’aux projets en gestation, tels que les deux tours

« Duo » de Jean Nouvel dont la construction, aux pieds du périphérique, vient de commencer. Ces tours seront livrées en 2020.

 th-11th-12th-10

Bernard, dans sa présentation, a insisté sur les contraintes financières de la création de la ZAC, la nécessité de densifier les constructions, de déroger aux règles habituelles des permis de construire, notamment pour ce qui est de la hauteur des immeubles, et d’une manière générale, sur l’intégration de cette ZAC au sein du 13e arrondissement et sur une partie de l’emprise foncière de la Gare d’Austerlitz et en face de la Gare de Lyon.

Bernard a aussi évoqué le fait que les immeubles phares que nous allions voir étaient le résultat de concours faisant appel aux meilleurs architectes du monde (voir sites en bas de page).

En sortant de la maison des projets, nous nous sommes dirigés vers l’ouest en longeant la Seine.

Le premier bâtiment que Bernard a commenté est l’usine d’air comprimé (SUDAC). Sa cheminée indique la date de 1890. Cette usine fabriquait les fameux pneumatiques chers à Charles Trenet  » on envoie des pneumatiques à Fleur bleue « . C’est dans ce bâtiment rénové et dans un bâtiment récent de l’architecte Frédéric Borel que s’est installée l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture Paris-Val-de-Seine.

IMG_7636_upa

Nous nous sommes dirigés ensuite vers l’immeuble des Grands Moulins de Paris qui abrite maintenant l’université Paris-Diderot. L’architecte Rudy Ricciotti a rénové l’ancienne Halle aux Farines qu’il décrivait comme  » un Quasimodo de béton » et qu’il a transformée en perçant les murs aveugles et en créant des passerelles extérieures s’ouvrant sur des baies vitrées. La présence de l’école d’architecture et l’université Paris-Diderot apportent à tout le quartier la spontanéité d’une jeunesse brillante et joyeuse.

37323450moulins-1

urbex-grands-moulins-de-paris-imagesdemarck1P1010533_Paris_XIII_Grands_moulins_de_Paris_reductwk

Puis nous nous sommes dirigés vers le quartier Massena. Ce quartier construit sous la direction de l’architecte Christian de Portzemparc correspond à l’urbanisme de l »ilot ouvert et son corollaire la rue ouverte diversifiée et lumineuse: Les bâtiments ne sont jamais mitoyens. Ils s’ouvrent aussi sur les intérieurs plantés de jardins. Ces bâtiments prennent la lumière dans les quatre orientations et selon des volumes dont l’architecture est libre. La grande variété des programmes, des volumes et des matériaux est assemblée le long du volume unitaire de la rue ».

Puis nous sommes remontés vers l’avenue de France, artère principale du quartier où Bernard a attiré notre attention sur un immeuble en granite et en marbre noir conçu également par l’architecte Rudy Ricciotti.

12635543761658095111451_352d81a56e_bbnftgb

Après avoir traversé le parvis de la fameuse BNF conçue par Dominique Perrault et contemplé l’atrium planté de pins, nous avons terminé notre visite au pied de la petite chapelle Notre-Dame de la Sagesse, œuvre de l’architecte Pierre-Louis Faloci. Ce bâtiment, d’inspiration cistercienne mais dont l’intérieur que nous avons pu visiter rend hommage à la chapelle de Ronchamp construite par Le Corbusier, enserre sous une coque de briques un intérieur de béton brut. Le dépouillement de Notre-Dame de la Sagesse est subtilement éclairé par une belle lumière qui adoucit tous les angles de la chapelle. Un petit bassin longe le mur ouest et donne une belle perspective sur les platanes du jardin James Joyce.

Sans titre 2

C’est dans ce havre de paix et de sérénité que nous avons applaudi Bernard et quitté ce formidable quartier.

Philippe AUZAS

Président de l’Amicale des Ardéchois à Paris

 (1)   Bernard Roth est membre de l’Académie d’Architecture. Il est aujourd’hui expert-conseil en développement urbain. Il a partagé sa vie professionnelle entre la Maîtrise d’Ouvrage privée, l’enseignement (Sciences Po et Ecole Nationale des Ponts et Chaussées) et la recherche associative (Architecture et Maîtres d’Ouvrage). Il est administrateur et un des acteurs de la Fondation Palladio.

(2)   Créée en 1985 sous le statut de Société d’Economie Mixte d’Aménagement de Paris, la SEMAPA devient en avril 2012 une Société Publique Locale d’Aménagement dont le nom signifie Société d’Etude, de Maîtrise d’Ouvrage et d’Aménagement Parisienne. Elle est présidée depuis mai 2008 par Jérôme Coumet, maire du 13ème arrondissement et dirigée par Sandrine Morey depuis octobre 2016. La SEMAPA a exclusivement un actionnariat public : Ville de Paris (66%), Département de Paris (26%) et Région Ile-de-France (8%).

 

 

Aucun commentaire.

Publier un commentaire

Message

*