L’art des cimes de l’Ardèche

L’art des cimes de l’Ardèche

EXPOSITION

Sur 100 km, au coeur d’un parc naturel,

les oeuvres de six artistes longent la ligne de partage des eaux

 

Avec l’aimable autorisation du Figaro et de Madame Sophie de Santis

Figaro du mercredi 6 septembre 2017

 

IMG      Ardèche, terre aride de tous les contrastes, a de multiples atouts naturels et ancestraux qui attirent chaque année un flot important de touristes.La seule Grotte Chauvet, ou plutôt sa réplique la Caverne du Pont d’Arc, ouverte depuis le 25 avril 2015, a séduit quelque 600.000 visiteurs en 2016.Un chiffre dépassant l’espérance de la région, qui, après l’art rupestre, mise aujourd’hui sur l’art contemporain pour faire connaître la beauté de son territoire.

     Depuis le début du mois de juillet un parcours à ciel ouvert de 100 km sillonne le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche. A 1300 mètres d’altitude, les oeuvres de six artistes longent la Ligne de partage des eaux.Une ligne invisible, mais bien réelle géologiquement, qui divise les aux de pluie dans deux directions distinctes : le versant méditerranéen, côté Rhône, et le versant atlantique, côté Loire. Celle -ci prenant sa source au mont Gerbier de Jonc, le célèbre pic volcanique bien connu des grimpeurs.

     C’est sur ce tracé naturel, longé pare le GR7, que David Moinard a choisi de poser des installations de land art pérenne. « La Ligne de partage des eaux est fascinante  dit-il. C’est la matrice du paysage, elle embrasse tout le territoire, et lui confère une charge poétique. » Le commissaire d’exposition (en charge d’Estuaire Nantes-Saint-Nazaire  et du Voyage à Nantes) tente de se mesurer à la grandeur de ces paysages de cr^tes et vallons encaissés, grâce à un « travail d’immersion« . C’est en dialogue avec les habitants que Gloria Friedmann, de la galerie Mitterand à Paris, a planté, en surplomb de la vallée de la Borne, un phare monochrome bleu de 7 mètres de haut. A l’intérieur de cette  » tour refuge  » symbolisant le partage des eaux, une bibliothèque propose de faire une pause lecture.

IMG_0006

Un enchantement en pleine nature

     Sur un autre versant, Felice Varini a dessiné des cercles à la feuille d’or sur les vieilles pierres de la’bbaye cistercienne du XIIe siècle de Mazan. Selon l’orientation du soleil, les formes apparaissent ou disparaissent.  » C’est un corps vivant. J’ai amené du contemporain dans un lieu tourné vers le passé « , estime le suisse à l’accent italien, qui développe son art in situ depuis plus de 40 ans. L’intervention de Stéphane Thidet est aussi un enchantement en pleine nature. Il a investi la ruine de la Chartreuse de Bonnefoy, dont il ne reste que la façade datant du XIIIe siècle. Là ou se trouvait autrefois porte et fenêtres, il a inséré sept grands miroirs sérigraphiés reflétant le paysage. Réalisés avec une entrcprise locale, les miroirs ont été traités pour ne pas piéger les oiseaux.

     Inspiré par la Loire, Olivier Leroi a, lui, surolé et filmé les 1020 km depuis sa source au mont Gerbier de Jonc (1551 m) jusqu’à l’setuaire à Saint-Nazaire (film de huit heures à voir à la maison du site et à la ferme de Bourlatier). Le paysagiste Gilles Clément a non seulement posé des Mires, structures légères en bois pour mieux admirer la fameuse Ligne, mais il a aussi fait ériger une tour d’eau à la Chaumasse(à 1400 m) en pierre de basalte.Dans un esprit marin, Huang Yong Pin (artiste qui avait installé un serpent géant pour Monumenta au Grand Palais en 2016) a imaginé la Santa Maria, la plus grande des trois caravelles de Christophe Colomb, échouée au sommet de Saint-Laurent-les Bains. Seuls les mâts et les voiles seront visibles dans une mer de genêts. L’oeuvre encore inachevée survivra-t-elle à la burle, vent glacé violent qui emporte tout sur son passage ?

     A suivre aussi les 24 échappées artistiques dont celle d’Evariste Richer au départ de Privas. Et, non moins surprenante et poétique, le GPS à télécharger (application Izi travel), réalisé par le collectif Toplamak, racontant avec piquant ces paysage du plateau à couper le souffle.

SOPHIE DE SANTIS

sdesantis@lefigaro.fr

 

Parcours artistiques dans les monts d’Ardèche.

www.lepartagedeseaux.fr

Cliquer sur les photos pour les agrandir

.

 

Aucun commentaire.

Publier un commentaire

Message

*